Je cherche...

 

 

 

 

 

 

 

Nouveautés Livres Adultes

 

 

 

 

 

 

Nouveautés Livres Jeunesse

 

 

 

 

 

 

 

Nouveautés DVD

 

 

 

 

Nouveautés CD

Partager "Nouveautés" sur facebookPartager "Nouveautés" sur twitterLien permanent

Duel au soleil (Manuel Marsol)

note: 3Tension extrême Yann - 19 octobre 2019

La tension est extrême sous le soleil du Far West. Un Indien et un cow-boy se font face, le duel est lancé. Cadrage rapproché sur les yeux, cadrage serré sur [...]

Les grands espaces (Catherine Meurisse)

note: 4Enfance, paradis perdu ? Yann - 14 octobre 2019

Les grands espaces de Catherine Meurisse sont ceux de l'enfance. Une enfance passée à la campagne auprès de sa sœur et de ses parents qui rénovent un vieux corps de [...]

Zizis et zézettes (Camille Laurans)

note: 5Comment aborder la sexualité avec ses enfants ? Hélène - 11 octobre 2019

Lors de l'émission "Pornographie : jeunesse en danger", sur France TV, il était expliqué que l'une des façons de protéger les enfants est de leur parler de sexualité et d'amour [...]

AccueilCritique

Critique

 

La fille du 14 juillet (Antonin Peretjatko)

note: 4Bienvenue chez les fous ! Erwann - 14 octobre 2017

"La fille du 14 juillet" est un film en mouvement perpétuel, complètement foutraque, mélangeant dans sa fuite en avant comique burlesque, poésie visuelle, jeux de mots, blagues audacieuses à peu près sans limite, tout ceci entre garçons et filles qui se courent après, font de l’équilibrisme sur bouteilles vides, vidangent quantité de bouteilles pleines, se font servir de la soupe de cheval dans des assiettes trouées, le tout dans une France qui avance sa rentrée d’un mois pour cause de crise… Tout est bon pour le réalisateur et sa bande d’acteurs (tous excellents, mention spéciale à la belle Vimala Pons et à Michel Trinquecoste alias l’inénarrable docteur Placenta) tant qu’il y a de l’énergie, de la loufoquerie et une bonne couche de surréalisme… Mais le meilleur dans tout ce bazar c’est que malgré cette profusion, le film se tient et arrive à trouver un équilibre dans cet imaginaire pourtant débordant, sans que le spectateur ressente une quelconque lassitude ou une sensation de trop plein.Un premier long-métrage (suivi en 2016 par « La loi de la jungle », tout aussi recommandable) qui fait souffler un vent de liberté et de fraîcheur sur le cinéma comique français qui en avait vraiment besoin !