Je cherche...

 

 

 

 

 

 

 

Nouveautés Livres Adultes

 

 

 

 

 

 

Nouveautés Livres Jeunesse

 

 

 

 

 

 

 

Nouveautés DVD

 

 

 

 

Nouveautés CD

Livres numériques jeunesse

Partager "Nouveautés" sur facebookPartager "Nouveautés" sur twitterLien permanent

Andy (Typex)

note: 5BD monumentale pour artiste hors-normes Erwann - 5 novembre 2019

C’est un pavé, un dictionnaire, une encyclopédie ? Non, c’est "Andy", projet fou du Néerlandais Typex : raconter la vie plus que bien remplie d’Andy Warhol en bande dessinée. Un [...]

Duel au soleil (Manuel Marsol)

note: 3Tension extrême Yann - 19 octobre 2019

La tension est extrême sous le soleil du Far West. Un Indien et un cow-boy se font face, le duel est lancé. Cadrage rapproché sur les yeux, cadrage serré sur [...]

Les grands espaces (Catherine Meurisse)

note: 4Enfance, paradis perdu ? Yann - 14 octobre 2019

Les grands espaces de Catherine Meurisse sont ceux de l'enfance. Une enfance passée à la campagne auprès de sa sœur et de ses parents qui rénovent un vieux corps de [...]

AccueilCritique

Critique

 

My woman (Angel Olsen)

note: 4Songwriteuse à fleur de peau Erwann - 15 février 2017

On avait découvert Angel Olsen en 2014 avec Burn Your Fire For No Witness, deuxième album de l’américaine, et le charme avait été immédiat. Comment en effet résister à ce mélange parfait de fragilité folk et de morceaux clairement plus rock ? D’autant que la voix de la demoiselle est de celles que l’on n’oublie pas de sitôt : chaleureuse, débordant d’une sincérité non feinte, elle nous scotchait littéralement du premier sillon jusqu’à la dernière seconde du disque.
On retrouve sur My Woman cette douceur folk mélancolique et ces moments rock bien plus affirmés, peut-être encore mieux dosés qu'avant. Et autant dire que l'on retombe instantanément amoureux... Le son évolue tout de même un peu avec l’apparition de claviers, notamment sur « Intern » où elle convoque avec succès l’esprit des années 80. Un album qui oscille entre le doux et l’amer, « heureux et paisible, mais toujours nostalgique et triste », comme Mlle Olsen le dit si bien elle-même. On ne sait donc pas s’il faut en rire ou en pleurer, mais écouter en boucle le dernier disque de cette grande artiste, çà, c’est presque obligatoire…