Je cherche...

 
 
AccueilLes derniers coups de coeur

Les derniers coups de coeur

 

Un grand jour de rien (Beatrice Alemagna)

note: 3Prix Landerneau des albums jeunesse 2017 ! Hélène - 17 octobre 2017

Votre enfant est collé à sa console...voici une histoire conçue spécialement pour lui...

La fille du 14 juillet (Antonin Peretjatko)

note: 4Bienvenue chez les fous ! Erwann - 14 octobre 2017

"La fille du 14 juillet" est un film en mouvement perpétuel, complètement foutraque, mélangeant dans sa fuite en avant comique burlesque, poésie visuelle, jeux de mots, blagues audacieuses à peu près sans limite, tout ceci entre garçons et filles qui se courent après, font de l’équilibrisme sur bouteilles vides, vidangent quantité de bouteilles pleines, se font servir de la soupe de cheval dans des assiettes trouées, le tout dans une France qui avance sa rentrée d’un mois pour cause de crise… Tout est bon pour le réalisateur et sa bande d’acteurs (tous excellents, mention spéciale à la belle Vimala Pons et à Michel Trinquecoste alias l’inénarrable docteur Placenta) tant qu’il y a de l’énergie, de la loufoquerie et une bonne couche de surréalisme… Mais le meilleur dans tout ce bazar c’est que malgré cette profusion, le film se tient et arrive à trouver un équilibre dans cet imaginaire pourtant débordant, sans que le spectateur ressente une quelconque lassitude ou une sensation de trop plein.Un premier long-métrage (suivi en 2016 par « La loi de la jungle », tout aussi recommandable) qui fait souffler un vent de liberté et de fraîcheur sur le cinéma comique français qui en avait vraiment besoin !

Lamomali (Toumani Diabaté)

note: 5J'adorrrrrrrrrrrrreeeee....! Hélène - 12 octobre 2017

Si la grisaille automnale vous envahie voici un CD qui va ensoleiller votre journée... J'aime particulièrement le mélange des sonorités africaines et squi s'entremêlent avec délicatesse...

Brosse tes dents ! (Mélusine Allirol)

note: 5Efficace pour apprendre à se laver les dents tout seul ! Hélène - 22 septembre 2017

Vous souhaitez que votre enfant apprenne à se brosser les dents tout seul. Voilà un livre efficace et drôle...mais attention, on risque de vous demander de le lire matin et soir pendant des jours et des jours...

Manifest destiny n° 01
La faune et la flore (Chris Dingess)

note: 4Coup de coeur comics Erwann - 19 septembre 2017

Début XIXème siècle. Les capitaine Lewis et Clark sont mandatés par le président Jefferson pour explorer les vastes terres sauvages des Etats Unis et recenser les tribus et autres espèces inconnues. Ils vont rapidement se trouver face à d’étranges et dangereuses créatures... Une brillante épopée qui mêle avec maîtrise Histoire et éléments fantastiques. L'auteur reprend ici les principaux événements liés à l’expédition de Lewis et Clark en leur insufflant un tempo d'enfer, une bonne dose d'action et quelques étranges bestioles. Et çà marche à 100% : on passe tout le volume collé aux basques des deux aventuriers et de leur équipe et on a grand plaisir à découvrir en même temps qu'eux un nouveau monde hostile et merveilleux. Une histoire très dynamique, emplie de péripéties, de créatures lovecraftiennes et magnifiée par un dessin et des couleurs de toute beauté. Coup de cœur !

Spotlight (Tom McCarthy)

note: 4Un scandale toujours d'actualité... Hélène - 19 septembre 2017

Adapté de fais réel, ce film nous interpelle sur le scandale de pédophilie au sein de l’Église Catholique. A travers l’enquête des journalistes on comprend l'ampleur des faits...Ce film nous donne à réfléchir sur un sujet toujours d'actualité malheureusement.

Al-'an ! (Oiseaux-Tempête)

note: 4Merveilleusement inclassable Erwann - 7 septembre 2017

La musique d'Oiseaux-Tempête est mouvement, mélange, souffle, cri, murmure et bien plus encore... La musique d'Oiseaux-Tempête est rock, jazz, blues, traditionnelle, électronique, lardée de bruits du quotidien. La musique d'Oiseaux-Tempête souffle le chaud et le froid, le calme et la colère, l'urgence et le recueillement. La musique d'Oiseaux-Tempête est surtout au-delà de toute idée préconçue, entre Orient et Occident, originale sans pour autant être hermétique. Il faut savoir lâcher prise à l'écoute d'un tel album, se débarrasser de ses œillères, de ses barrières. Une condition sine qua non pour entrer de plain-pied dans une oeuvre comme on en entend peu !

A monster calls (Juan Antonio Bayona)

note: 3Préparez les mouchoirs ! Erwann - 6 septembre 2017

Adapté par Patrick Ness de son propre roman, "Quelques minutes après minuit" est réalisé par J.A. Bayona, qui avait déjà brillamment évoqué les peurs de l'enfance dans son film "L'orphelinat". Bayona couple ici son inspiration fantastique à une trame mélodramatique, dans un mélange d'intimisme et de spectaculaire à la Spielberg . Entre poésie et noirceur, le réalisateur respecte les codes du conte et arrive à trouver le bon équilibre, sans tomber dans la niaiserie ni le thriller psychanalytique. Un belle réussite que ce film hybride, visuellement sublime, qui distille son émotion par petites touches pour mieux nous terrasser dans un final aussi spectaculaire que bouleversant. Une vraie curiosité !

Eastern Boys (Robin Campillo)

note: 4Dérangeant, âpre, humain et intimiste ! Yann - 4 septembre 2017

Dérangeant, troublant, âpre, parfois carrément glauque, les qualificatifs ne manquent pas pour ce film de Robin Campillon. Pour autant, bien que le pitch de départ soit déroutant (un quadra qui drague un jeune homme gare de l'Est et l'invite chez lui moyennant finance se fait piéger par un gang de garçons de l'Est), le récit bascule très vite dans le fait de société et interroge : que fait-on de ces migrants livrés à eux-mêmes ? Bien sûr, Daniel reste condamnable. Bien sûr, on ne comprend pas pourquoi il cherche à tout prix à revoir Marek après le piège qui lui a été tendu. Mais il reste de ce film une histoire de passion amoureuse qui se transforme en histoire d'humanité. Daniel veut sauver Marek de sa misérable situation, de la bande qui le retient prisonnier, de cet hôtel minable où il vit... Alors certes ce film reste dérangeant, âpre et troublant, il n'en est pas moins passionnant, beau, humain et intimiste.

Manchester by the Sea (Kenneth Lonergan)

note: 5Drame familial Yann - 4 septembre 2017

Le réalisateur, Kenneth Lonergan, propose un film intimiste, grave et poignant qui ne laisse pas indifférent. Lee Chandler tente de se reconstruire après un drame familial : c'est un homme meurtri, rude, brut de décoffrage. Mais, à la mort de son frère il doit revenir chez lui à Manchester (USA) pour s'occuper de son neveu. S'occuper d'un ado est en soi une épreuve pour lui mais affronter son passé reste insurmontable...
Voici un drame familial touchant. Le passé de Lee se mêle au présent de Patrick, le neveu par le biais de flashbacks qui nous font prendre conscience de la tragédie qui a fait du protagoniste principal l'homme qu'il est devenu. Saluons au passage la performance de Casey Affleck, totalement et férocement juste dans ce rôle sans concession. Bien que l'atmosphère de ce long-métrage soit pesante, il n'en reste pas moins que l'on ressort de cette histoire le cœur gonflé de mélancolie et de joie mêlées. En effet, le film réserve heureusement quelques moments de respiration, de bonheur. Les magnifiques paysages du Massachussetts achèvent de rendre cette histoire magnifique et tendre.

Résiste (France Gall)

note: 4Prouve que tu existes ! Yann - 5 août 2017

C'est en regardant la comédie musicale "Mamma mia" qui reprend les plus grands succès d'Abba, que France Gall aurait eu l'idée d'écrire la sienne pour honorer les plus belles chansons de son mari, Michel Berger. Et sans conteste, ça fonctionne ! Energie, humour, bonne humeur sont au rendez-vous de ce spectacle musical. On se prend à chanter à tue-tête "La groupie du pianiste" ou à danser sur son canapé sur "Résiste". Les chorégraphies sont très belles, elles ont été confiées à Marion Motin, la chorégraphe de Christine and the Queens. Un spectacle à ne pas bouder !

Merveilleux voisins (Hélène Lasserre)

note: 3Un album sur le partage et les différences. Yann - 5 août 2017

Dans un immeuble où ne vivent que des moutons très sages et très semblables, le héros s'ennuie... Jusqu'au jour où une famille de loups s'installe dans le quartier. S'ensuivent d'autres emménagements : des cochons, des cigognes, des éléphants. L'immeuble se transforme, les moutons qui ne s'y retrouvent pas quittent les lieux et d'autres familles emménagent.
Voici un joli album dans lequel priment le partage, les différences et les coutumes contre l'enfermement sur soi et le communautarisme. Votre enfant aura plaisir à découvrir les transformations de l'immeuble, les nouveaux animaux et les différences entre chaque page. Cerise sur le gâteau : un petit jeu l'invite à retrouver le képi du policier sur chaque double page. Très sympa !

Doctor Strange (Scott Derrickson)

note: 4Comme c'est étrange ! Yann - 7 juillet 2017

Voici certainement l'un des meilleurs films de la firme Marvel. Pourtant, Doctor Strange n'est pas l'un des super-héros les plus connus de la Maison des Idées. Peut-être aussi, est-ce pour cela que le réalisateur semble avoir eu plus de liberté... Sous sa forme de film de super-héros classique (un homme qui découvre ses pouvoirs), ce long-métrage allie effets spéciaux impressionnants, action à couper le souffle et la touche d'humour Marvel. Un bon gros blockbuster qui en met plein la vue mais met en avant Benedict Cumberbatch, acteur britannique à suivre, excellent dans le rôle d'un médium qui combat ses ennemis sur des plans astraux et dans d'autres univers parallèles...

A Perfect Day : un jour comme un autre (Fernando Leon de aranoa)

note: 4Absurdland Erwann - 23 juin 2017

Pendant la guerre des Balkans, des membres d'une ONG se battent pour dégager le corps d'un homme jeté dans un puits, car celui-ci menace de contaminer la dernière source d'eau potable des environs. Mais les obstacles vont s'avérer nombreux... Le réalisateur espagnol Fernando León de Aranoa, épaulé par un casting international (Tim Robbins, Benicio del Toro, Mélanie Thierry), ose la comédie sur un sujet grave, et expose clairement son point de vue sur les professionnels de l'humanitaire, les profiteurs de guerre et surtout l'incapacité des instances internationales à agir. Une comédie noire efficace, à l'humour mordant, moitié désenchantée, moitié optimiste. Original et décapant

Gengis Khan n° 01
L'homme qui aimait le vent (José Frèches)

note: 4Gengis Khan, l'empereur océanique Yann - 13 juin 2017

C'est à une aventure dans les steppes de Mongolie au Moyen-Âge que nous convie José Frèches, grand amoureux de l'histoire orientale. L'auteur livre ici une biographie romancée du mystérieux Gengis Khan. Divisé en deux tomes, le récit narre dans le premier tome la jeunesse et les premières conquêtes de Temüdjin (le nom mongol de l'empereur) ; le deuxième volume s'intéresse à l'ascension du souverain qui étendit son Empire de la Chine à la mer Noire au XIIIe siècle !
Passionnant du début à la fin, le récit s'intéresse surtout à l'homme : ambitieux, fin stratège, cultivé mais aussi cruel et tyrannique sur la fin de sa vie, Gengis Khan sut saisir l'opportunité de fédérer les clans mongols pour ensuite attaquer les puissantes dynasties chinoises et les pays musulmans du Moyen-Orient. Il s'entoura d'amis, d'alliés et de généraux puissants qu'il mena à la victoire et qui le soutinrent fidèlement jusqu'à sa mort. Dans un style épique et enlevé, José Frèches signe le portrait d'un homme puissant et légendaire qui vécut sa vie entre conquêtes amoureuses et guerrières, entre ambitions démesurées et regrets amers.

La sociologue et l'ourson (Etienne Chaillou)

note: 5Dans les coulisses d'un débat de société Yann - 5 juin 2017

Des premières annonces de la loi en septembre 2012 au vote parlementaire en mai 2013, la loi du mariage pour tous a bouleversé le débat social en France. Discussions à l'Assemblée, querelles à la télévision, manifestations pour et anti-mariage homo, la société se divise. Les réalisateurs de ce documentaire, Etienne Chaillou et Mathias Théry, ont l'ingénieuse idée de suivre la sociologue Irène Théry dans les coulisses de ce débat. Sans rien lui dire, ils l'interviewent régulièrement au téléphone sur l'histoire de la famille, du mariage, de la procréation assistée et de l'adoption. Puis ils décident de raconter ces six mois de débat et de manifestations sous la forme d'un film documentaire mettant en scène marionnettes, jouets et ours en peluche. Les interviews d’Irène Théry servent alors à re-contextualiser ces mois houleux durant lesquels spécialistes, députés ou simples citoyens ont raconté souvent tout et n'importe quoi. L'idée du film n'est pas de prendre parti sur une loi déjà votée ou de raviver les débats mais bien d'offrir un point de vue sur l'évolution des mœurs et de la vie familiale en France depuis plus d'un siècle. Cette évolution sociétale justifie la nécessité d'offrir aux homosexuels le droit de se marier et d'adopter au même titre que les hétérosexuels. Un film essentiel sur le fond et original sur la forme !

Y'a pas de héros dans ma famille ! (Jo Witek)

note: 4Mes parents, ces héros ! Yann - 20 mai 2017

C'est avec finesse et intelligence que Jo Witek aborde un thème important dans son roman : celui du rapport à la famille et de la classe sociale. Maurice cohabite avec son alter ego Mo sans soucis : à l'école, il est Maurice, bon élève, au vocabulaire soutenu ; dans sa famille, il est Mo, P'tite tête, Bouffon à lunettes, l'intello de la famille. C'est parce qu'il se rend chez son meilleur copain pour un exposé, qu'il se rend compte de la différence qu'il existe entre sa famille de gens du voyage, installée dans un quartier populaire et celle plus bourgeoise d'Hippolyte. Dès lors, Mo ne se sent plus à sa place chez lui, un peu honteux de sa famille bruyante et envahissante...
Combien d'enfants vivent cette situation aujourd'hui ? Des centaines à n'en pas douter ! C'est à ces enfants tiraillés entre l'école et la vie de famille, décalés par rapport à leurs copains que ce livre s'adresse avant tout. Pourtant, Mo apprendra bien vite que la discussion, l'écoute au sein de sa famille sont des biens tout à fait précieux. Il peut être fier non seulement de ses parents et de ses frères et sœurs mais aussi de ses aïeux, gens simples, authentiques, généreux. Et ça, ça n'a pas de prix !

Les ogres-dieux
Demi-sang (Hubert)

note: 5A dévorer Erwann - 17 mai 2017

Enfant bâtard d’un Noble-Né, la caste qui domine le royaume, Yori Draken est empli d’un désir de revanche et d’une ambition démesurée. Il aspire à devenir le prochain chambellan au service des Ogres-Dieux et va pour cela se vendre corps et âme…
« Petit », premier livre se déroulant dans l’univers sans pitié des Ogres-Dieux, était déjà une merveille. « Demi-sang », histoire parallèle et non pas suite directe (on peut donc le lire indépendamment), reprend ce même graphisme à l’encre, fabuleusement expressif et riche en détails architecturaux à la Gustave Doré, qui d’emblée nous plonge dans l’ambiance noire de ce conte gothique et cruel. Chaque chapitre est, comme « Petit », séparé par une brève histoire écrite des aïeux (ici des anciens chambellans) qui, en plus d’apporter un côté nostalgique au récit, ajoute de la profondeur à l’univers inventé de toutes pièces par Hubert et Gatignol. Par leur ampleur et la maîtrise du récit et du dessin, «Petit » et « Demi-sang » appartiennent à ce genre d’ouvrages dont on sait, arrivé à la dernière page, que l’on ne les oubliera pas de sitôt. Une réussite indéniable, qu’on aimerait voir prolongée par un troisième ouvrage…

Les Lunettes (Stéphanie Ledu)

note: 5Mes Incontournables P'tits docs ! Hélène - 9 mai 2017

Textes courts, belles illustrations et papier indéchirable font de cette collection un outil idéal pour accompagner et guider l’enfant dès 2 ans, dans la découverte du monde…
Les enfants adorent cette collection, et lisent et relisent avec toujours autant de plaisir les différents tomes.

Dans ce documentaire, on explique avec des mots d’enfants l’ophtalmologie, le travail de l'opticien, les différents problèmes de vue existants et l’histoire des lunettes…Bon nombre de parents nous ont rapporté qu’il a permis à leur enfant de mieux accepter de porter des lunettes.

Le Concours de bisous (Carl Norac)

note: 4Et vous, quel est votre bisou préféré ? Hélène - 9 mai 2017

J'adore cette collection: "les belles histoires des Tout-petits" car les histoires sont vraiment de jolies histoires, je n'ai jamais été déçue.
De plus, elles sont sélectionnées pour enchanter les enfants de 2 à 4 ans et plus. Son format est tout à fait adapté aux petites mains avec des pages de papier glacé très solides.Une collection idéale pour passer des livres cartonnés des tout-petits vers les albums de grands.
L’histoire ici est à croquer, les enfants affichent un sourire béat dès que je la leur lis et ils m’inventent toute sorte de nouveaux bisous.

Au lit, Petit Lapin ! (Jörg Mühle)

note: 5Dodo assuré ! Hélène - 9 mai 2017

Votre enfant a du mal à s’endormir, voici « le livre » qui va lui enseigner les rituels pour s'endormir paisiblement. Une histoire interactive où le lecteur s'en donne à cœur joie pour le plus grand plaisir de l'enfant. Sûrement un futur classique du genre...

We got it from here... thank you 4 your service (Tribe Called Quest (A))

note: 4Last but not least Erwann - 3 mai 2017

Légendaire groupe de hip-hop gorgé de jazz , garant d'un rap politiquement et socialement conscient, A Tribe Called Quest (ATCQ) revient après 18 ans d'absence et la mort de Phife Dawg, l’un de ses membres fondateurs. C’est un album d’adieu, qui clôt une discographie qualitativement très riche, et sans en faire baisser d'un iota le niveau. Ceci grâce à des instrumentaux indémodables et groovissimes, toujours trempés dans l’âme de la musique afro-américaine, et habités par les flows de Q-Tip et Phife Dawg, qui déroulent leurs textes garantis sans ego trip, entre verve militante et poésie populaire. Un pur plaisir, loin d’être gâché par les featurings de Busta Rhymes, Kendrick Lamar, Consequence, Elton John ( !) et Jack White (re !). Un album très réussi et un bel au revoir pour l'un des groupes essentiels du mouvement hiphop.

Ma vie de courgette (Claude Barras)

note: 5Fondu de Courgette Erwann - 3 mai 2017

Il s’appelle Courgette, il est seul au monde après avoir perdu sa maman. Il ne sait pas quoi ressentir, la culpabilité le rattrape. Un policier le conduit au foyer pour enfants, où une nouvelle vie va commencer pour lui, emplie de rencontres et d’histoires aussi dures que tendres… Attention petits et grands, préparez-vous à faire une place dans votre cœur pour Courgette et ses amis ! Ce film d’animation est un véritable bijou de poésie, fin, subtil, drôle, fabriqué avec amour par de grands artistes (avec entres autres Céline Sciamma au scénario, Sophie Hunger pour la musique…). Et le résultat est là : on ne peut que fondre pour Courgette et ses amis, personnages visuellement caricaturaux (on pense un peu aux marionnettes de Tim Burton) mais auxquels on s'attache très rapidement grâce à une animation très fluide et à des dialogues plus vrais que nature (bravo aux enfants qui prêtent leurs voix aux personnages !). Les thèmes abordés sont souvent difficiles (abandon des parents, alcoolisme, prison,…) mais traités avec un tel tact, une telle justesse, que le pathos est tenu à l’écart. Un grand film, bouleversant, plein d’espoir, de couleurs, de rires et de larmes . Un délicat chef-d'oeuvre à ne manquer sous aucun prétexte.

Retour à Oakpine (Ron Carlson)

note: 5Retour à la terre Yann - 15 avril 2017

Avec ce troisième roman, Ron Carlson offre ici un récit très intime, bouleversant. La galerie de personnages dont il offre à voir une tranche de vie (la cinquantaine) est particulièrement attachante. Malgré le temps écoulé, les quatre amis qui se retrouvent dans leur petite ville du Wyoming et qui ont fait partie du même groupe de rock n’ont pas changé et leurs liens sont toujours aussi forts. Bien sûr, chacun a vécu ses expériences, ses malheurs mais leurs retrouvailles n’en sont que plus fortes. Le roman est teinté de nostalgie et de mélancolie : nostalgie des années de leur adolescence au lycée qu’ils revivent à travers les frasques des adolescents de Craig, mélancolie et tristesse de la maladie de Jimmy. Le roman s’articule également autour d’un évènement tragique survenu à la période du lycée, la mort du frère de Jimmy, dont le souvenir encore présent ne cesse de hanter les quatre hommes… Un beau et tendre roman qui « célèbre les vertus cardinales de l’amitié autant que la mystérieuse autant qu’imparable attraction que peut exercer la terre natale » (La libre Belgique).

Orient Express ! (Delphine Chedru)

note: 4Au pays du Soleil Levant disparu ! Yann - 14 avril 2017

En voilà un livre-jeu magnifique ! Delphine Chedru a décidé d'envoyer ses deux petits héros, la princesse Attaque et le chevalier Courage, au pays du Soleil Levant. Le but du jeu : aider un renard a retrouvé ce soleil qui a justement disparu ! Au programme : rencontre avec des samouraïs, des dragons asiatiques, des yokaïs, des hérons, des carpes, des sumos... Bref tout ce qui fait le sel et nourrit l'imagination autour de ce joli pays qu'est le Japon. Autre originalité de cet album : un double système de jeu. Sur chaque double-page, votre enfant a une énigme à résoudre puis un choix à faire du type "Tu veux suivre le chevalier, suis-le à la page 14". Ce qui permet de jouer et de rejouer avec ce livre sans refaire tout le temps les mêmes énigmes. Sublime et intelligent !

Morgane (Simon Kansara)

note: 3Mauvaise graine et forte tête ! Yann - 14 avril 2017

La fée Morgane est l'une des rares figures féminines des légendes arthuriennes. Figure de l'ombre de la quête du Graal, miroir sombre du grand Arthur, c'est pourtant ce personnage que les deux auteurs de cette BD ont voulu mettre en avant. Et c'est bien là, l'originalité du scénario : raconter une histoire ultra connue, celle du mythe de Camelot, de Merlin et des chevaliers de la Table Ronde du point de vue d'une femme ! Et quelle femme ! Princesse élève, sorcière manipulatrice, gardienne d'Excalibur, femme fatale, fée féministe avant l'heure. Autant dire que cette Morgane-là sait ce qu'elle veut être et ce qu'elle sera ! Quoique...
Que dire des somptueuses illustrations de Stéphane Fert ? Elles sont tantôt humoristiques et flirtent avec le dessin animé, tantôt sérieuses et magiques et rappellent étrangement les grands peintres que furent Van Gogh et Gustav Klimt ! Une BD à dévorer des yeux !

Dans la cour de l'école (Christophe Loupy)

note: 3Graphique, simple, original mais terriblement efficace ! Hélène - 5 avril 2017

Des couleurs, des petits, des moyens et parfois même des grands ronds... Il s'en passe des choses dans la cour de l'école !
Rien de plus simple que cet album pour parler de ses journées et de la récré.

Graphique, simple, original mais terriblement efficace !

Grosse légume... (Jean Gourounas)

note: 5Un best seller pour les petits Hélène - 5 avril 2017

Il n’en a pas l’air avec ses dessins de légumes, mais lu avec rythme en appuyant bien sur les mots, ce livre plein d’humour plaira aux plus petits. Un best seller à ne pas manquer !

Runaljod - Ragnarok (Wardruna)

note: 4La voix du Nord Erwann - 5 avril 2017

Wardruna est un groupe norvégien mené par Einar Selvik, musicien passé en quelques années du black metal le plus enragé à une sorte de folk païen singulier et moderne. Ragnarok, dernier album d’une trilogie centrée sur l’alphabet runique, fait une nouvelle fois revivre des instruments (la plupart fabriqués par Selvik lui-même), des langages, des techniques de chant et des mythes nordiques séculaires. Mais Selvik ne fait pas qu'explorer la mémoire scandinave : sa musique singulière et moderne, fondée sur des percussions pénétrantes et des chants viscéraux parle à ce qu'il y a de plus primitif en chacun de nous et tend en cela vers une sorte de langage universel. Une musique profonde, spirituelle et sans âge, à découvrir absolument pour qui aime avoir les oreilles surprises.

Vous n'aurez pas ma haine (Antoine Leiris)

note: 5Lisez-le vous aussi. Hélène - 4 avril 2017

Difficile de trouver les bons mots tant le sujet est sensible.
Je me souviens encore de l’interview d’Antoine Leiris à la sortie de son livre… j’étais si bouleversée qu’il m’a fallu un an avant de me décider à le lire.
Je l’ai lu, ce week-end, d’une seule traite sans pouvoir le lâcher et espérant à chaque page la fin du livre.
Son témoignage, aussi terrible et poignant soit-il, est une véritable déclaration d’amour à sa femme et un hymne à la vie pour son fils.
Lisez-le vous aussi.

Hell.com (Patrick Senécal)

note: 2Glauque harry Toulemonde - 29 mars 2017

A ne pas mettre entre toutes les mains. L'auteur de cet ouvrage explore les sombres arcanes de la déviance humaine poussées au paroxysme et suscite après lecture la question de ce que nous pouvons être vraiment: 《anges ou démons ?》

Les deux grenouilles à grande bouche (Pierre Delye)

note: 5Insupportables !!! Yann - 4 mars 2017

Vous connaissiez déjà l'histoire de la grenouille à grande bouche ? Mais, si ! ce petit batracien insupportable qui agaçait tous les animaux dans le livre de Séverine Vidal ! Et bien, figurez-vous que désormais, elles sont deux à être enquiquinantes ! Pierre Delye et Cécile Hudrisier se sont emparés de ce personnage pour écrire une nouvelle histoire toute aussi drôle que la précédente. Le livre constitue une sorte de préquel. Il y a bien longtemps, notre couple de grenouilles à grande bouche braillait des comptines à longueur de temps sur l’arche de Noé ! Les animaux et le capitaine n’en pouvaient plus ! Que s’est-il donc passé pour les deux petites créatures ? Vous le découvrirez dans ce drôle d’album qui vous révèlera entre autre pourquoi les crocodiles mangent les grenouilles à grande bouche et l’origine de l’expression « Verser des larmes de crocodile ».

My woman (Angel Olsen)

note: 4Songwriteuse à fleur de peau Erwann - 15 février 2017

On avait découvert Angel Olsen en 2014 avec Burn Your Fire For No Witness, deuxième album de l’américaine, et le charme avait été immédiat. Comment en effet résister à ce mélange parfait de fragilité folk et de morceaux clairement plus rock ? D’autant que la voix de la demoiselle est de celles que l’on n’oublie pas de sitôt : chaleureuse, débordant d’une sincérité non feinte, elle nous scotchait littéralement du premier sillon jusqu’à la dernière seconde du disque.
On retrouve sur My Woman cette douceur folk mélancolique et ces moments rock bien plus affirmés, peut-être encore mieux dosés qu'avant. Et autant dire que l'on retombe instantanément amoureux... Le son évolue tout de même un peu avec l’apparition de claviers, notamment sur « Intern » où elle convoque avec succès l’esprit des années 80. Un album qui oscille entre le doux et l’amer, « heureux et paisible, mais toujours nostalgique et triste », comme Mlle Olsen le dit si bien elle-même. On ne sait donc pas s’il faut en rire ou en pleurer, mais écouter en boucle le dernier disque de cette grande artiste, çà, c’est presque obligatoire…

Check point (Jean-Christophe Rufin)

note: 3Check point Micheline - 12 février 2017

J'ai lu ce livre, comme un polar, la qualité de l'écriture de JC Rufin n'est plus a démontrer.
Immersion dans une petite ONG en temps de guerre, relations entre les acteurs, qui est là et pourquoi..
Les personnages ont une présence indéniable avec leurs doutes, voire leurs certitudes.
Quand on ferme le livre, on a de quoi réfléchir à nos réactions dans de telles situations.
Lisez le et vous verrez.

Facteur pour femmes (Didier Quella-Guyot)

note: 4Courrier des lecteurs Yann - 3 février 2017

Cher lecteur,
Je t'encourage vivement à venir emprunter cette bande dessinée. Tu y découvriras les frasques de Maël, un jeune breton au pied bot, sommé de devenir facteur de l'île bretonne qu'il habite. Tous les hommes sont partis suite à la mobilisation générale en 1914. Durant quatre années, il devient l'amant de jeunes bretonnes esseulées. Mais de nigaud du village, il se transforme en un monstre au visage double.
Ami lecteur, viens admirer les superbes planches de l'illustrateur Sébastien Morice, plonge-toi dans ces cases qui dépeignent la vie rude du début du XXe siècle sur une île bretonne. Immerge-toi dans ces dessins qui sentent bon le varech, les embruns et le foin coupé. Découvre les merveilleux textes de Didier Quelle-Guyot et l'intrigue qu'il a brossée. Tu seras, je te l'assure, étonné par la chute de ce récit, douce comme le ressac des vagues, amère comme une larme qui perle au coin des yeux. Et si, curieux, tu te demandes, sur quelle île bretonne a eu lieu cette singulière histoire, je ne peux que te conseiller de lire l'introduction du dessinateur à son album.
Bien à toi, Yann

La lumière allumée (Richard Marnier)

note: 5Archimaboule ! Yann - 2 février 2017

Dans le quartier d'une petite ville, toutes les maisons sont exactement les mêmes, du toit à la porte, des volets à la cheminée. On ferme les volets le soir, on les ouvre le matin. Tout est réglé à la perfection ! Jusqu'au jour où un habitant laisse ses volets ouverts la nuit et la lumière allumée. ça jase dans le quartier. Heureusement, le malappris s'en va. Sa maison se délabre. A son retour, il construit une maison invraisemblable. C'est le début d'un grand chambardement immobilier...
Prenez le temps de découvrir cet album avec votre enfant... Il prendra plaisir à découvrir cette histoire qui dénonce l'uniformisation et prône la tolérance et le droit à la différence. Il s'extasiera devant les formes abracadabrantes des nouvelles maisons et leurs couleurs délirantes. Chacun pourra ainsi choisir de vivre dans la maison qui lui correspond le plus. Pour ma part, je mets une option d'achat sur la maison-livre !

Cosmic unity (Family Atlantica)

note: 5Family Atlantica: l'exubérance tropicale Erwann - 1 février 2017

Prenez une pincée de jazz éthiopien, une louche d’afro-funk, une cuillerée de calypso, des percussions de tous horizons, de la musique brésilienne… et j’en passe ! Mélangez dans une marmite tropicale bouillonnante et liez le tout avec la voix chaleureuse et puissante de la chanteuse Luzmira Zerpa. Pour finir, enrobez d’une fine couche de mysticisme et saupoudrez d'un zeste de psychédélisme. Vous obtiendrez alors le deuxième album de la Family Atlantica, collectif londonien cosmopolite à l’instrumentation bigarrée, à consommer sans aucune sorte de modération. De quoi vous réchauffer de quelques degrés au son de cette véritable et extatique orgie sonore !

Les Ardennes (Robin Pront)

note: 4Frères ennemis Erwann - 14 janvier 2017

Aussi poisseux et shakespearien que pouvait l'être Bullhead, de Michaël R. Roskam, autre formidable thriller belge, ce long métrage déroule son implacable duel fratricide jusqu'au climax, dans une inquiétante forêt de pins des Ardennes où un improbable travesti en manteau de fourrure et une paire d'autruches en cavale injectent une dose de surréalisme à la Coen Brothers. Un premier film impressionnant de maîtrise formelle et narrative, qui nous fait dire une fois de plus que le cinéma belge a décidément beaucoup à nous offrir !

Le jardin voyageur (Peter Brown)

note: 5Le jardin voyageur…le GROS COUP DE COEUR écolo… Hélène - 3 janvier 2017

Mon gros coup de cœur du moment !
Il s’agit d’une très jolie histoire qui raconte comment un petit garçon s’improvisa jardinier, sans se douter que son jardin aurait bientôt des envies de voyage…Voici un réjouissant hymne à la nature, qui démontre que les efforts d’une seule personne peuvent aider à changer le monde. Le thème proche des préoccupations actuelles, n’est pas moralisateur.
Le petit plus : quelques pages illustrées mais sans texte pouvant laisser libre court à une lecture d’image et aux commentaires. A la fin du livre l’auteur explique où il a puisé son inspiration : dans l’histoire de la High Line de Manhattan, ancienne ligne de chemin de fer aérienne désaffectée où la nature a repris ses droits depuis.

Ouste, les loups ! (Kidi Bebey)

note: 3Mode d'emploi pour chasser les monstres de la nuit ! Hélène - 3 janvier 2017

Nuit après nuit, Eloi reçoit la visite de loups. Apeuré, il rejoint alors dans la chambre de ses parents et se glisse sous leur couette. Un seul loup d'abord, puis plusieurs, jusqu'à ce que les monstres s'y mettent aussi. Sa maman n'en peut plus! Elle lui montre alors comment chasser à coups de répliques puis de balai ces dérangeants perturbateurs. Eloi s'y met alors seul et passe alors ses nuits dans son lit ! Un texte simple, un univers tendre pour apprendre à vaincre la peur du loup et des autres monstres de la nuit.

Le Secret de la petite souris (Alain Chiche)

note: 3Voyage au pays de la petite souris ! Hélène - 20 décembre 2016

Votre enfant perd sa première dent de lait, lisez lui cet album !
Drôle et réjouissant, il séduira tous les enfants qui perdent leurs dents !
« Le secret de la petite souris » vous transportera au pays des souris et répondra à toutes les questions que se posent les enfants. Que deviennent les dents de lait, une fois emportées par la petite souris ? D’où vient la petite souris ?...


Les extraordinaires & fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain, détective privé n° 03
Confessions d'un elfe fumeur de lotus (Raphaël Albert)

note: 5Opiomane Yann - 19 décembre 2016

Avec le troisième volume de sa saga, Raphaël Albert lève (enfin!) le voile sur l'exil à Panam de son personnage détective privé, Sylvo Sylvain. Loin des enquêtes policières des deux premiers tomes, l'auteur plonge son lecteur dans un monde enchanteur, celui des elfes de la Forêt Toujours-Verte. De l'enfance de son héros à son départ forcé, en passant par son initiation à l'âge adulte, Mr Albert profite du récit pour décrire avec force détail la société des elfes et de leurs compagnons, les pillywiggins. En osmose avec la nature, les Sylvains vivent pour et avec les arbres. Ils chantent pour les faire pousser ou pour entrer en communication avec l'esprit de Toujours-Verte. Mais en cette période troublée où le chant de la Forêt s'amenuise et les dangers se multiplient, Sylvo s'élève en héros pour protéger son peuple. Malheureusement, tout héros a ses failles et le sacrifice ultime qui lui est demandé pour sauver sa Forêt l'entraîne à sa perte. Le passé de Sylvo entache nettement les actes héroïques des précédents romans mais explique aussi son comportement et son caractère taciturne. Comme tous les romans de la série, celui-ci peut être lu indépendamment et sert même efficacement d'introduction aux péripéties de notre elfe détective.

Neige (Maxence Fermine)

note: 5Sublime ! Yann - 10 décembre 2016

Avec Neige, Maxence Fermine immerge le lecteur au coeur du Japon du XIXe siècle. Yuko, un jeune homme talentueux, décide de devenir poète. Chaque hiver, il s'installe dans la montagne pour composer 77 haïkus, tous consacrés à la neige. Mais pour améliorer sa poésie, Yuko doit partir suivre l'enseignement du maître Soseki.
La voix du comédien Marc Hamon sublime le texte de Maxence Fermine. Ce court roman, écrit à la manière d'un conte, mêle habilement art et amour. L'écriture de l'auteur est dépouillée, concise, maîtrisée, chaque mot est pesé au service de l’œuvre. La flûte japonaise Shakuhachi et les haïkus légèrement disséminés dans ce roman finissent de conférer à l'ensemble une ambiance typiquement japonaise. A écouter d'urgence !

Je suis un artiste (Marta Altés)

note: 4Chapeau l'artiste ! Hélène - 7 décembre 2016

« Je suis un artiste ! » A n’en pas douter ce jeune garçon est sûr de son talent. TOUT l’inspire. Mais il y a un problème… sa maman ne semble pas apprécier son talent à sa juste valeur. Là où il voit de l’ART, elle ne voit que des bêtises. Un beau cadeau la ferait-elle changer d’avis ?
Un livre plein d’humour et de couleurs. Sur chaque page, les enfants prennent un réel plaisir à chercher et trouver toutes les bêtises (une carotte, un miroir brisé, de la peinture bleue, et même un trou dans le mur…) faites par le petit garçon.

Didive l'endive ! (Benoît Charlat)

note: 4Didive l'endive et chonchon le cornichon ! Hélène - 7 décembre 2016

Didive l'endive se fait belle et Chonchon le cornichon s'habille avec soin, est-ce pour un rendez-vous galant ?
Voici un album à la fois ludique, coloré et plein d’humour qui plaira aussi bien aux plus petits qu’aux plus grands. Grâce à Didive et Chonchon les tout-petits apprennent à s’habiller et à prendre soin d’eux.

Belgica (Felix Van Groeningen)

note: 4Open bar Erwann - 2 décembre 2016

Deux frères que tout oppose ouvrent le Belgica, un bar-concert à Gand. En quelques semaines, les frangins vont construire un lieu à l'ambiance unique, qui draine tous les plus gros fêtards des alentours. Mais l'utopie d'un lieu ouvert à tous prend vite du plomb dans l'aile face aux incidents qui se multiplient devant et derrière le bar. Jo et Frank finissent par perdre pied dans un univers qu'ils ne maîtrisent pas... Après les succès de La merditude des choses (2010) et Alabama Monroe (2014), Felix Van Groeningen nous livre une nouvelle œuvre maîtrisée mais surtout plus personnelle. Ce long métrage au rythme frénétique, est en effet inspiré d'une histoire vraie : celle du "Charlatan", un véritable établissement de Gand dont le père du réalisateur a été le propriétaire pendant plus de dix ans. Felix Van Groeningen en tire une comédie dramatique exaltante, pleine d'énergie, à la mise en scène sublime et incarnée par des acteurs parfaits. Gezondheid !

Par bonheur, le lait (Neil Gaiman)

note: 3Les produits laitiers sont nos amis pour la vie ! Yann - 11 novembre 2016

Parce qu'il n'y a plus de lait pour le petit-déjeuner des ses enfants, un père de famille part en acheter à l'épicerie voisine. C'est sans compter sur des extraterrestres gloubonneux, des pirates du XIXe siècle, un stégosaure ou même des wompires qui, chacun à leur manière, l'empêche de rentrer chez lui avec sa précieuse bouteille de lait. Par bonheur, il n'abandonnera jamais le précieux liquide qui d'ailleurs lui sauvera la vie plus d'une fois...
Totalement loufoque, le récit concocté par le génialissime Neil Gaiman, permet aux plus jeunes de découvrir le concept de voyage spatio-temporel et des problèmes qu'il peut poser. Ce court roman constitue une jolie initiation humoristique à la science-fiction. Le dessinateur, Boulet, a su s'approprier avec brio l'univers de Gaiman donnant vie aux personnages et aux situations abracadabrantesques de l'histoire.

Harry Potter n° 08
Harry Potter et l'enfant maudit (Jack Thorne)

note: 5Enfin ! Yann - 9 novembre 2016

Quel plaisir de retrouver Harry Potter et l'univers magique de J.K. Rowling. Hermione, Ron, Ginny, Drago, ils sont tous de retour pour une aventure qui reprend exactement là où s'arrêtait le dernier tome "Harry Potter et les reliques de la mort". Sur le quai 9 3/4, Harry, devenu adulte, laisse son fils Albus partir à Poudlard, l'école des sorciers. Il y rencontre Scorpius, le fils de Drago. Contre toute attente, malgré l'inimitié que se vouent leurs parents, Albus et Scorpius deviennent les meilleurs amis du monde. Mais des rumeurs sombres courent sur le fils Malefoy et Harry Potter voit d'un mauvais œil les fréquentations de son fils. Albus, de son côté, a dû mal à assumer l'héritage héroïque de son père.
Cette pièce de théâtre est si simplement écrite que l'on a l'impression de renouer avec les romans de l'auteure. L'histoire fait d'ailleurs référence aux anciens volumes et les revisite à sa manière (ici, je ne peux en dire plus pour laisser l'effet de surprise aux lecteurs). L'univers inventé par Rowling est si présent que l'on en vient à se demander comment de tels effets magiques peuvent être retranscrits sur scène. Réjouissons-nous en tout cas qu'Harry Potter puisse faire lire du théâtre à nos enfants ! Hormis les aspects fantastiques du livre, les auteurs abordent avec une facilité déconcertante plusieurs sujets importants : les relations père/fils, la culpabilité du héros sur certains aspects de ses actes passés, les notions d'amitié et d'amour filial, la quête d'identité à l'adolescence... On y retrouve cependant la pincée d'humour qui ont fait d'Harry Potter une des plus grandes sagas de la littérature jeunesse. A dévorer sans attendre !

Templiers n° 01
La chute (Jordan Mechner)

note: 4A la recherche du trésor des Templiers... Yann - 27 octobre 2016

Le mythique trésor de l'ordre des Templiers a toujours fasciné historiens et auteurs de fiction. Jordan Mechner et ses deux dessinateurs LeUyen Pham et Alex Puvilland livre leur propre version de cette légende... Ils imaginent la conspiration ourdie par Martin de Troyes et sa bande de pieds nickelés pour voler le trésor à la barbe du Roi de France et du terrible Guillaume de Nogaret. Basée sur des faits historiques, la fiction de Mechner reste crédible mais terriblement romanesque. Cette série en deux tomes propose un superbe divertissement bourré d'action, de conspiration, de secrets, de combats à l'épée et d'amour...

Snoopy et les Peanuts (Steve Martino)

note: 3Tu viens jouer Charlie Brown ???? Yann - 14 octobre 2016

Charlie Brown tombe amoureux de la petite fille rousse. Mais il se trouve nul, maladroit, peu intéressant. Snoopy et sa bande de copains vont l'aider à lui remonter le moral et à conquérir l'élue de son cœur...
Particulièrement fidèle à la bande dessinée de Charles M. Schulz, Snoopy et les Peanuts est une adaptation réussie, malgré le challenge d'adapter en long-métrage une BD composée uniquement de strips. Les gags de Snoopy et Woodstock ponctuent le film, le rendant très drôle. Même le graphisme des personnages a été conservé ! Voici un film tendre et intelligent, réservé aux plus jeunes qui se reconnaîtront facilement dans chacun des Peanuts...